Toute l'actualité du secteur

des loisirs et de la culture

  • Grévin

Des ruches sur le toit de Grévin, Boulevard Montmartre


À L’OCCASION DE SES 135 ANS, GRÉVIN ACCUEILLE POUR LA PREMIÈRE FOIS, 80 000 NOUVELLES PERSONNALITÉS DONT UNE REINE ET DES OUVRIÈRES

Depuis son origine les visages des personnages représentés sont en cire, cette cire est tout simplement de la cire d’abeilles, quoi donc de plus normal que d’accueillir celles sans qui Grévin ne serait pas.

Le portrait de cire au fil des siècles

L’emploi de la cire remonte à la plus haute Antiquité. Elle est utilisée dans l’ancienne Egypte à des fins magiques, soit dans des rites de sorcellerie, soit dans des rites religieux, et dans l’Antiquité romaine, pour les sculptures funéraires qui ornent les maisons des personnalités importantes.

  • Au 17ème siècle, le travail de la sculpture en cire se développe et devient en France un art de Cour : le plus connu de ces portraits est celui de Louis XIV, réalisé par Antoine Benoist et conservé à Versailles. Il présente, avec une vérité qui contraste avec ses portraits officiels, les traits fatigués du roi vieilli.

  • A la fin du 17ème siècle, apparaît une nouvelle utilisation de ces sculptures de cire : les cabinets de cire. Antoine Benoist expose publiquement “le cercle royal de la Reine Marie Thérèse”, composé de personnages de l’entourage de la Reine.

  • Au 18ème siècle, c’est l’allemand Curtius qui relance la mode des cabinets de cire. Invité à Paris par le prince de Conti, il présente au Palais Royal une attraction qui fait sensation : “la famille royale au Grand Couvert à Versailles”.

Sa nièce, la future Mme Tussaud, l’assiste. En 1789, devenue célèbre, elle le remplace et moule les visages de Robespierre, de Marat assassiné, ainsi que les têtes décapitées de Louis XVI et de Marie-Antoinette. A la mort de son oncle, elle part à Londres pour y ouvrir son célèbre musée.

Il faut attendre le 5 juin 1882 pour voir renaître l’intérêt pour les figures de cire, avec Arthur Meyer qui crée le Musée Grévin avec le sculpteur et caricaturiste Alfred Grévin et le financier Gabriel Thomas.

C’est avec la complicité de APIS URBANICA, Charlotte Dumas et Samuel D’Hem, diplômés de la société Centrale d’Apiculture, association française qui dès 1856 proposa des cours d’apiculture dans les jardins du Luxembourg, que ces petites abeilles vont rejoindre le 17 mai les toits de Grévin. En septembre prochain, du miel Grévin sera récolté. 60kg de miel peuvent être récoltés avec seulement trois ruches, soit 480 pots de 125g.

POUR RÉALISER UN PERSONNAGE DE CIRE,

il faut un sculpteur, une séance de pose avec la personnalité choisie, de nombreuses photos et images en 3D d’après lesquelles le modelage sera réalisé. Une fois terminé, ce modelage du visage est recouvert d’élastomère puis de plâtre pour avoir un moule et dans ce moule est coulée la cire avec un peu de durcisseur et une très légère coloration. 6 mois seront nécessaires à la création d’un personnage, les corps étant eux en résine. Le visage en cire sera ensuite implanté de cheveux puis maquillé à la peinture à l’huile.

#MuséeGrévin

© 2020 SNELAC

Syndicat National des Espaces de Loisirs, d'Attractions et Culturels

2, rue de Constantinople

75008 Paris, France

contact@snelac.com

Tél : 01 40 50 05 65 

Nous suivre :

  • Twitter Clean
  • White LinkedIn Icon
  • Blanc Facebook Icône
  • White YouTube Icon