Toute l'actualité du secteur

des loisirs et de la culture

  • SNELAC

Carnet rose à la Citadelle de Besançon : naissance exceptionnelle d’un Langur de François

Un bébé Langur de François est né il y a quelques semaines au Jardin zoologique du

Muséum de Besançon. C’est la deuxième naissance de cette espèce à la Citadelle. Il s’agit

d’une naissance exceptionnelle pour ces primates dont il ne subsisterait que 2000 individus dans la nature, et 139 en institutions zoologiques dans le monde.



C’est un espoir pour cette espèce, menacée par la destruction de son habitat naturel pour l’agriculture, l’exploitation minière ainsi que la chasse alimentant la pharmacopée chinoise traditionnelle. Il s’agit de la troisième naissance de Langur de François – du nom d’un consul de France en poste dans le sud de la Chine au 19ème siècle – en Europe et de la cinquième naissance dans le monde depuis un an. Seuls 43 Langur sont visibles en Europe, ce qui renforce le caractère exceptionnel de la naissance intervenue au Muséum de Besançon, seul établissement Français présentant cette espèce.


Le Muséum de Besançon s’est spécialisé au cours de ces dernières années dans la reproduction d’espèces rares et menacées. Rappelons que près de 70 % des espèces présentées au Jardin zoologique sont élevées dans le cadre de programmes d’élevage européens ou internationaux (EEP), créés pour la sauvegarde des espèces animales en danger. Au cours des dernières années, le Muséum a ainsi acquis auprès des établissements zoologiques à l’échelle mondiale, une solide réputation en la matière.


Aujourd’hui, le Muséum présente une famille composée d’un couple reproducteur et d’un petit : Ping, femelle âgée de 6 ans, et Johan, âgé de 16 ans, tous deux nés au Royaume-Uni et arrivés à la Citadelle respectivement en 2018 et 2012, ainsi que Bao, né en mars 2020 à la Citadelle.


La gestation de cette espèce dure de 190 à 210 jours. A la naissance, le bébé Langur de François arbore un pelage roux, qui disparaitra après quelques semaines pour devenir aussi noir que celui de ses parents. Il deviendra reconnaissable à sa bande de poils blancs ressemblants à de longs favoris.


A l’état sauvage, cette espèce vit dans les collines karstiques de la région du sud-ouest de la Chine jusqu’au nord-est du Vietnam. Ils vivent en bande d’une douzaine d’individus en moyenne, dirigées par les femelles, qui élèvent les jeunes ensembles. Ils vivent dans des grottes creusées par les pluies dans les falaises de calcaire, et se nourrissent essentiellement de feuilles, bourgeons, écorces et racines.


Actuellement, le petit et sa maman ne sont visibles par les visiteurs que quelques minutes par jour, sous surveillance des équipes vétérinaires de la Citadelle.


Le secteur des primates du Muséum de Besançon abrite 16 espèces. Il se compose d’une singerie qui héberge des tamarins, et des lémuriens en voie de disparition, et des enclos végétalisés où évoluent des espèces de taille moyenne présentées en fonction de leur répartition géographique : langurs, siamangs et gibbons (Asie), colobes guéreza (Afrique), saïmiris et sakis à face blanche (Amérique du Sud).