Toute l'actualité du secteur

des loisirs et de la culture

  • Aquarium de Paris

L'Aquarium de Paris lance son Médusarium


Aquarium de Paris : après trois ans de travaux, le Médusarium de l’Aquarium de Paris est enfin achevé. Une des toutes premières collections mondiale de méduses y est présentée. Son objectif est de sensibiliser le public aux enjeux du climat tout en montrant la beauté des océans.

En 2016, l’Aquarium de Paris présentait au public sept espèces de méduses dans sept

bassins. Grâce à ses échanges intenses avec l’Aquarium de Kamo (Tsuruoka, préfecture

de Yamagata, Nord du Japon), l’Aquarium de Paris achève enfin son Médusarium,

désormais ordonnancé autour de 24 bassins, où 45 espèces sont présentées par

roulement, révélant une diversité de formes et de couleurs pour émerveiller les visiteurs.

Le Médusarium de l ’Aquarium de Paris : une prouesse scientifique et technique

Très rares sont les spécialistes des méduses dans les Aquariums publics dans le monde. Grâce à un partenariat très étroit, ceux de l’Aquarium de Paris sont formés par les experts de Kamo, reconnus comme les meilleurs au monde. En plus de leurs échanges quotidiens, les équipes se rencontrent physiquement tous les 6 mois, à l’occasion de stages de travail au Japon et en France. Le Médusarium est une prouesse scientifique avec la maîtrise de la reproduction au coeur de Paris de 45 espèces dont le nombre augmente régulièrement. Contrairement aux aquariums de bord de mer, l’Aquarium de Paris opère une transformation de l’eau courante. Dans la nature, les méduses bénéficient d’apports variés en nutriments ou sels minéraux divers, utiles en fonction des différents stades de leur croissance. A l’Aquarium de Paris, l’eau des bassins ne contient que ce que les biologistes ont jugé utile de lui apporter. Ce n’est que par l’expérience et grâce à la recherche scientifique que le cycle de vie des méduses est maîtrisé, à commencer par leur alimentation. Pour chaque espèce de méduse, les biologistes de l’Aquarium de Paris définissent des protocoles qu’ils précisent au fil des jours. Les bassins de présentation du Médusarium ne sont ainsi que la face émergée de l’iceberg. Pour chaque bassin de présentation, on compte cinq bassins installés en laboratoire, dont une partie est d’ailleurs visible par le public depuis le circuit de visite, là où sont localisés les bacs où les méduses achèvent leur croissance. A chaque changement d’eau, en moyenne tous les deux jours, les méduses sont transvasées une à une. Les plus petites à la pipette, les jeunes à la louche, les plus grandes en baquet… Au total, chaque méduse est manipulée individuellement plus de 200 fois dans sa vie. Pour présenter tout ce travail, l’Aquarium de Paris a poursuivi la construction de son Médusarium, véritable prouesse technique avec ses 24 bassins de présentation et sa centaine de bassins en laboratoire, qui le place aux tous premiers rangs mondiaux. Au centre se trouve le bar à méduses, composé de quatre bassins formant un cercle parfait où les visiteurs admirent les méduses d’en haut et non plus seulement de côté. Le contact avec les animaux est unique. Il s’agit d’ailleurs d’une première mondiale, les bassins étant des prototypes. Pour réaliser leur projet, les équipes de l’Aquarium de Paris sont allées jusque sur les pentes du mont Fuji, à Otsuki (préfecture de Yamanashi), pour travailler avec un artisan Japonais, inventeur d’un système similaire pour les poissons, qu’il a fallu adapter aux méduses… Autour, en demi-cercle, se répartissent sept kreissel de taille et de volumes différents, ou s’épanouissent au gré du courant circulaire des espèces de méduses de taille et de forme les plus variées. Pour chaque bassin, les équipes sont capables de contrôler les paramètres de salinité et de température de l’eau, la force du courant, ainsi que l’alimentation des méduses. Un travail de précision indispensable, car chaque espèce de méduse a des besoins spécifiques. Seuls quatre ou cinq aquariums au monde présentent une collection de méduses comparable par sa richesse et sa diversité.

Le Médusarium illustre la beauté fascinante des méduses. Longtemps les hommes ont dû se contenter de dessins ou de photographies pour découvrir et admirer les méduses. L’Aquarium de Paris présente leur ballet hypnotique dans 24 bassins différents. Au gré des bassins, leur taille varie de quelques millimètres à 50 centimètres. Leur pulsation, au grès du courant, n’est jamais identique. Le balancement lent de leurs filaments, plus ou moins longs selon les espèces, est magique. L’Aquarium de Paris a pris le parti de présenter dans chaque bassin des méduses de la même espèce mais de maturité différente. Comme dans la nature, les sujets de différentes tailles se côtoient. De même, la magie des couleurs ne tient en rien à leur éclairage. Elle est naturelle. Tout au plus s’autorise-t-on à modifier l’intensité lumineuse de quelques bassins, pour souligner la palette chromatique de la nature. Les méduses sont éphémères, leur espérance de vie ne dépasse qu’exceptionnellement un an. Le spectacle offert au public est ainsi constamment renouvelé, au gré de la présentation de nouvelles espèces.

Les méduses, LE marqueur par excellence des bouleversements climatiques.

Toutes les méduses piquent, mais pas toutes avec la même intensité. Les méduses sont des cnidaires (du grec Knidê, ortie), qui regroupe des animaux urticants. Les plus dangereuses sont mortelles pour l’homme. La plupart ne sont que peu douloureuses. Chaque bassin du Médusarium est agrémenté d’un écran où sont synthétisées les informations sur l’espèce présentée. La dangerosité de chaque espèce y est mentionnée. Le programme pédagogique de l’Aquarium de Paris comporte une animation sur les méduses, au cours de laquelle les animateurs pédagogiques de l’aquarium, véritables médiateurs scientifiques, présentent au public les caractéristiques physiques et comportementales des méduses mais aussi l’attitude à avoir en cas de piqûre.

La mise en scène des méduses contribue à la première mission de l’Aquarium de Paris qui est de sensibiliser le public, et particulièrement les enfants, aux grands défis qui affectent les océans, comme les bouleversements climatiques, ou la pollution responsable de la disparition des écosystèmes marins, pourtant indispensables à la qualité de la vie sur terre.

Les mécanismes à l’oeuvre sont saisissants. L’élévation de la température de l’eau et la variation de sa salinité en fonction des événements climatiques sont favorables à la reproduction massive des méduses. La surpêche bouleverse les écosystèmes et créent un contexte favorable à la pullulation des méduses, en les privant de leurs concurrents et prédateurs naturels. La pollution, principalement près des côtes, favorise les « blooms » (pullulations) planctoniques, dont se nourrissent les méduses.

La méduse est à la fois conséquence et cause des bouleversements de l’environnement marin. Les mers et les océans sont affectés par la prolifération du macroplancton gélatineux (méduses, siphonophores, cténophores, salpes), provoquant une véritable gélification des océans. « Les eaux de la mer Noire et de la Baltique sont d’ores et déjà devenues des soupes de méduses », constate Jacqueline Goy, biologiste spécialiste des méduses et membre du Conseil scientifique de l’Aquarium de Paris.

Apprendre par surprise : le programme pédagogique de l’Aquarium de Paris autour des méduses permet au public de dépasser l’émotion artistique procurée par la pulsation hypnotique des méduses pour mieux appréhender la réalité du monde marin. La vocation première de l’Aquarium de Paris est ainsi confortée.

Une programmation complète autour des méduses tout au long de l'année 2019

Les méduses seront le fil rouge à l’Aquarium de Paris tout au long de 2019 à travers :

  • Une exposition présentant une dizaine de planches de Ernst Haeckel (1834-1919) qui illustrent brillamment la beauté organique des méduses. A l’heure où la biodiversité est sans cesse mise à mal par les activités humaines, ces planches constituent à la fois un chef-d’oeuvre graphique, un hommage vibrant aux premières explorations du monde sous-marin et un rappel de l’impérieuse nécessité de préserver la biodiversité marine. Les planches sont extraites de l’ouvrage « L’art et la Science d’Ernst Haeckel » aux éditions Taschen.

« La nature produit une mine inépuisable de formes merveilleuses dont la beauté et la variété dépassent de loin les formes artistiques et artisanales créées par l’homme » - Ernst Haeckel

  • Des animations, jeu de pistes et ateliers créatifs autour des méduses

  • Un cycle de conférences avec des experts pour approfondir le sujet

  • Un parcours pédagogique adapté aux enfants • Un livret de présentation des méduses de l’Aquarium de Paris

  • Des ateliers scolaires

  • Une programmation de dessins animés et de films dédiés

#AquariumdeParis

© 2020 SNELAC

Syndicat National des Espaces de Loisirs, d'Attractions et Culturels

2, rue de Constantinople

75008 Paris, France

contact@snelac.com

Tél : 01 40 50 05 65 

Nous suivre :

  • Twitter Clean
  • White LinkedIn Icon
  • Blanc Facebook Icône
  • White YouTube Icon